lundi 5 mars 2012

Créez un deux trois... plusieurs courants anarcho-droitiers


Le courant anarcho-droitier, premier du nom, s'est créé au sein du NPA grâce à deux fieffés galopins qui s'ennuyaient en réunion. Ils furent rejoints ensuite par quelques complices tout aussi narquois qui n'attendaient qu'un prétexte - et deux boucs-émissaires en cas de problème - pour activer leur mauvais esprit. Si l'anarcho-droitisme est apparu d'abord au NPA, c'est peut-être parce que le terrain était justement prévu au départ pour l'expérimentation. Et nous n'avons pas eu besoin d'aller très loin pour trouver des sujets d'études : nos fameux curés rouges.

L'anarcho-droitisme est une méthode. C'est un peu une auto-psychanalyse de groupe avec l'humour comme thérapie. Il s'agit de se moquer de soi-même, de son organisation, afin de désamorcer les mécanismes de rupture avec la réalité. Il faut éviter de se construire un personnage d'aristocrate militant, les fameux ''défenseurs du peuple'' ou les ''avant-gardes du prolétariat''. Et pour déconstruire ce personnage, rien de tel qu'une bonne tranche de dérision ou mieux encore d'auto-dérision. Attention toutefois à ne pas tomber dans l'aigreur, mordez mais sans rancune.

Car il y a des curés rouges dans toutes les organisations de gauche. Et si vous n'en trouvez pas, prenez-en des verts, des rouges et noirs, des arc-en-ciel...

Il y a des talibans de la décroissance qui commencent à tousser dès que vous sortez vos clés de voiture. Il y a de vieux socio-démocrates qui se refont une virginité socialiste au Parti de Gauche. Il y a des anars qui se roulent par terre en hurlant quand on prononce le mot ''élections''. Il y a des féministes qui déduisent que ''possesseur de phallus'' = phallocrate...

Et chez les militants du PCF ? Oh putain les militants coco ! Ceux et celles qui considèrent n'importe quelle critique envers LE Parti ou envers ses dirigeants, comme une attaque envers leur maman. Et les vieux cramés qui nous maintiendrons encore que le massacre de Katyn est un coup monté des nazis, ils sont pas beaux ceux-là ? Y a pas matière à plein d'articles super rigolo ?

Et chez les militants régionalistes ? C'est pas des bons clients ça peut-être ? Les occitanistes qui pensent que Bagnères-de-Bigorre et Gaza vivent la même oppression, c'est sûr ça va être dur de caricaturer plus, mais quel matériau pour une fine plume inspirée !

Et chez les syndicalistes étudiants ? Des p'tits jeunes qui synthétisent déjà toute l'essence des pires côtés de leurs futurs partis politiques, soit le sectarisme le plus crétin soit la magouille et l'arrivisme les plus vulgaires. Bon, eux on les connait, on en a été, on écrira un truc dessus très bientôt.

Si nous parlons de ces différentes organisations et pas d'autres groupuscules, c'est que dans les premières s'y côtoient des curés de toutes sortes, des poseurs, des gens militant pour régler des conflits dans le dedans de leur tête... et des gens sains d'esprit. Des militants qui sont là pour faire avancer un projet politique, pour construire des outils politiques via des réflexions et des choix stratégiques. Des militants capable de dire : ''on s'est trompé sur tel point, modifions nos choix''. Des militants qui savent prendre du recul. Des gens enfin qui peuvent comprendre qu'un message passe mieux en se mettant à la place de l'auditeur.

Vous vous êtes reconnu dans ce dernier portrait ? Alors c'est à vous que s'adresse ce texte.

Que vous soyez du Parti Communiste, du Parti de Gauche, des écolos, des anars, des syndicalistes, combattez vos propres ringardises. Les critiques internes à chaque organisation sont toujours plus perspicaces que celles venant de l'extérieur. Faites nous les partager, on se marrera ensemble. 


11 commentaires:

Basilou a dit…

Blaireaux ... vous proposez quoi, vous ?

Romain (Courant Anarcho-Droitier) a dit…

On propose de se faire traiter de blaireaux par un mec qui met des photos de chaises de jardin sur internet

(question con, réponse con)

Cédric a dit…

Bonne idée, mais j'aimais bien le concept des 2 boucs-émissaires moi...

Fatalisme a dit…

Bonjour je suis au NPA, je le vis bien et je pense que critiquer le plus possible la campagne majoritaire et démarrée de son parti n'est pas le meilleur moyen de faire avancer un projet politique.

A vous, les champions de l'autocritique.

Fatalisme a dit…

J'en profite pour dire que je trouve votre "billet" très sympa.

abra a dit…

bonjour,

je suis au npa et je le vis bien.
Je trouve que se foutre de la gueule de la p2 qui pète plus haut que son cul et ne se remet jamais en cause est un bon moyen de ne pas en égorger un membre dans la vie.

:)

Anonyme a dit…

Krkrkr

Yeah abra, tu lui est un peu tomber dessus abra raccourcis.

/me s'en va en roflocopter.

Le bougnat a dit…

Personnellement je suis au F.N et je en vois pas comment je pourrais être anarcho-droitier dans mon parti. Pouvez-vous m'aider?
Salutations BBR.

Courant Anarcho-Droitier a dit…

Voilà un défi intéressant, cher Bougnat. Laisse nous réfléchir...

L'extrême-droite française s'est dit un jour "et si on arrêtait d'avoir raison entre nous et que l'on prenait le pouvoir ?" Pour ce faire, ils ont regroupé des courants qui n'ont que peu de point commun entre eux : néo-païens et chrétiens intégristes, poujadistes et néo-nazis etc... Ensuite ils ont viré leur folklore :fini les cranes rasés et les T-shirts Légion 88. Ils ont foutu dehors l'équivalent de leurs curés rouges (des curés bruns ?) et ils adoptent un langage accessible à tous.

Voilà, en fait l'équivalent des anarcho-droitier version faf l'a emporté au FN

Le bougnat a dit…

Merde, je suis du coup dans le courant majoritaire et donc au chômage technique. C'est bien dommage tout ça.

Il faudrait juste trouver un équivalent à anarcho-droitier, parce que dans ce cas c'est assez impropre, je trouve.

Sinon sur l'analyse, le FN a fait plus que ça. Là vous retardez un peu. Ceux que vous citez étaient déjà chez le FN avant la vague Marine. Le recrutement se fait maintenant bien au-delà et le discours se teinte de tout ce qui peut faire mouche dans le peuple. On est dans le populo-opportunisme. Toussa quoi.

pupuce a dit…

bonjour, je suis nulle part, je suis plus anarchiste qu'autre chose et pourtant j'aime pas les anars parce qu'ils imaginent jamais la démocratie athénienne par tirage au sort, je me reconnais dans rien, je suis unique, libre et j'emmerde les clochers encore plus que leurs querelles et le pire c'est que je sais pas ce que je serai demain.
pensez-vous pouvoir me sauver de la perdition?
laule