vendredi 16 mars 2012

Les extraordinaires aventures de SuperBarrio

SuperBarrio fait de la politique aux côtés des enfants de la rue, des prostituées, des grévistes des brasseries et des homosexuels. Un jour, le visage masqué, en combinaison rouge et cape jaune comme à son habitude, accompagné de ces gens, il ferma, pendant près de deux heures la Citibank de la plus grande avenue de Mexico, accusée de piller le pays. Il a également fermé la Bourse des valeurs, défié le président de la plus grande chaîne de télévision et empêché des centaines d'expulsions...

Comment SuperBarrio est-il devenu SuperBarrio ?

SuperBarrio ("Superquartier", en espagnol) a jailli des décombres de Mexico après le tremblement de terre de septembre 1985, qui tue 1500 personnes et détruit le centre de la capitale. Les sinistrés campent dans les rues et se fédèrent en comités de quartier pour exiger d'être relogés là où ils ont toujours vécu. SuperBarrio est l'un des responsables de ces comités. Il n'est ni homme politique, ni syndicaliste. C'est un ouvrier, ancien champion de lucha libre (la lutte libre, équivalent du catch), sport très populaire au Mexique. Il vole au secours des pauvres et des sans-logis, lutte contre les promoteurs corrompus, négocie des crédits à la construction et devient ainsi la bête noire des administrations. Mais laissons lui la parole un instant :

«Un jour que je sortais de chez moi pour aller travailler, j'ai vu deux éclairs de lumière, un jaune et un rouge. J'ai fermé les yeux puis j'ai été saisi dans un tourbillon. Quand le vent a cessé, j'ai ouvert les yeux et j'étais vêtu comme un lutteur ! Exactement comme vous me voyez aujourd'hui !» 



Lorsque des banderoles ou des tags arborant un ''SB'' sont posés sur les murs d'un immeuble, cela signifie qu'il est sous la protection de SuperBarrio. Derrière lui se cachent des associations bien réelles qui évitent à des personnes âgées, ou des couples avec des enfants en bas âges de se faire expulser faute de loyers impayés. Tous les lieux où il est inscrit ''Protegido por SB'' ne le sont pas forcement mais personne n'ose trop venir vérifier, anticipant les complications politiques que cela pourrait entrainer (manif, rébellion, intervention des associations...).

 

D'autres super héros existent vraiment de par le monde, un article en anglais vous en présente dix ici : http://www.oddee.com/item_87762.aspx

Qui osera devenir SuperAnticapitaliste sous nos cieux ?

Aucun commentaire: