lundi 14 janvier 2013

Petit bilan de nouvelle année,

Un an et demi d'existence, 150 billets brillants, deux animateurs jeunes, beaux et talentueux, une douzaine de contributeurs occasionnels, courageux mais anonymes, un réseau qui s'étend au rythme pittoresque d'une roulotte à cheval, mais qui s'étend quand même, le courant anarcho-droitier se porte bien.

Initialement créé au sein du NPA, le courant s'étend désormais au Parti de Gauche et à la Gauche Anticapitaliste. Nos prochains objectifs d'implantations sont le PCF et Lutte Ouvrière. Au départ, on pensait monter une vraie tendance ou du moins une plate-forme de congrès au NPA, mais cela demandait d'empiéter sur notre temps de glandage et ça, il n'en était pas question. Nous nous sommes donc rabattus sur un blog, mais l'objectif reste le même : combattre l'esprit de caserne (ou de monastère) dans les rangs de la Gauche, la vraie. Et ce grâce à l’auto-dérision (onglet Dans ta gueule). Mais pour ne pas en rester à une simple dénonciation, nous pointons du doigt de temps en temps des expériences militantes qui sortent du cadre tracts/affiches/manif triste/réunion de formation tard la nuit...(onglets Chez les autres et Boîtes à outils)

Il serait également temps, d'ici quelques semaines, de dépoussiérer la charte. Toutes les propositions sont les bienvenue, même si rien ne garantie que l'on en tienne compte.

Notre aura s'étend, nous nous en rendons compte aux nombres de blogs qui nous citent, nous critiquent, nous référencent. Merci à eux. Nous observons aussi discrètement les débats qui ont lieu à notre sujet, sur les forums et autres réseaux sociaux. Nous avons nos partisans et nos adversaires, tout aussi acharnés les uns que les autres. Nous déclenchons des passions, et il faut bien vous l'avouer, lecteurs et lectrices chéris, ça nous excite grave.

Parmi ceux qui ne peuvent pas nous supporter, il y a un malentendu avec certains. Reprécisons : nous n'accusons pas les militants de la Gauche d'être systématiquement des curés rouges ou des aristocrates de gauche, nous dénonçons des attitudes d'individus ou de groupes que nous qualifions de curés rouges et qui polluent les organisations de gauche. Si nos lecteurs et lectrices ne se reconnaissent pas dans ces caricatures de militants, tant mieux, mais qu'ils ne nient pas l'existence de tels boulets. Nous nous sommes installés dans un créneau très précis : l'auto-critique des pratiques militantes au moyen de la déconnade.

Il y a des milliers de militants et de militantes remarquables, nous en sommes conscient, nous en avons croisés plein au cours de nos expériences politiques et syndicales. Si nous sommes encore engagés aujourd'hui c'est bien parce que nous avons rencontré des personnes qui nous ont donnés l'envie de continuer, qui nous ont remotivés dans les périodes de découragements, qui nous ont transmis le feu sacré en quelque sorte. Un jour nous leur dédirons une lettre d'amour sur ce blog.

En attendant, révisons ensemble ce que sont des curés rouges et des aristocrates de gauches. Laissons de côté, pour le moment, les neuneus conspirationnistes et autres crevures soraliennes qui ne sont pas de gauche, mais qui laissent volontairement planer des ambiguïtés parasitant ainsi parfois les discours anticapitalistes.

Donc :
pour Curé Rouge, le peuple c'est la classe ouvrière, le prolétariat; pour Aristo de gauche ce sont les beaufs;

pour Curé Rouge les classes moyennes s'appellent la petite bourgeoisie intellectuelle; pour Aristo de gauche ça s'appellent les bobos;

pour Curé Rouge le Front National ce sont les forces réactionnaires; pour Aristo ce sont les fachos;

pour Curé Rouge distribuer un tract c'est tous les lundi à 7h, pour Aristo de gauche c'est faut voir...;

pour Curé Rouge coller des affiches c'est tous les dimanches de 21h à minuit; pour Aristo de gauche c'est pas ce soir j'ai concert...;

pour Curé Rouge les syndicats ce sont ''les directions syndicales qui ont trahis et cogèrent avec le patronat et l'État mais je suis syndiqué''; pour Aristo de gauche ce sont '' les directions syndicales qui ont trahis et cogèrent avec le patronat et l'État et je ne suis pas syndiqué;

pour Curé Rouge les élections ''ça ne sert à rien mais on se présente''; pour Aristo de gauche ''ça ne sert à rien et on ne se présente pas''.

Etc etc …

Enfin ne comptez pas sur nous pour vous souhaiter une bonne année de luttes comme le souhaitent beaucoup de gauchistes qui n'arrivent jamais à décrocher de leur rôle de militants. Les luttes ce n'est pas un plaisir, quand on lutte c'est qu'on y a été obligé, c'est contraignant. 

Nous vous souhaitons plutôt de vous éclater dans ce que vous aimez faire, avec ceux que vous aimez.

Ça va chier !


10 commentaires:

Anonyme a dit…

"ça nous existe grave."

Effectivement.

:)

Courant Anarcho-Droitier a dit…

merci,
on en perd notre latin

Destin a dit…

Je cherchais quelque chose de spirituel à dire, mais ça vient pas.
Alors je souhaite juste que vous continuez à nous faire rire et réfléchir, les gars.

Anonyme a dit…

Merci les petits gars pour le blog.
Je vous répondrais bien sur certains points de désaccord avec vous mais j'ai souvent piscine ou Star Ac' ou encore migraine.
Allez, je vous souhaite une bonne année de luttes, de tures luttes
Scott Macbitch

Courant Anarcho-Droitier a dit…

Dommage, on aurait bien aimé connaître ces points de désaccord, mais en même temps, faire de la piscine avec la migraine sur fond de Star Ac' c'est courageux.

Bravo à toi !

Anonyme a dit…

Merci à vous et bon courage pour cette nouvelle année.
Juste, pourquoi ces "crevures soraliennes"?
Bien que bon nombre de choses soient à jeter dans les interventions de Soral, n'y a-t-il pas certaines réflexions intéressantes dans le paquet?!

Destin a dit…

Les quelques "réflexions intéressantes" dans la logorrhée pénible d'Alain Fécal, il les doit à des penseurs critiques dont il pille et tord les analyses. Et ce afin de faire du confusionnisme et de dissimuler le caractère fasciste de son projet.
Car un type qui parle de "socialisme national" (sic), qui fait des "sionistes" (= juifs) et des franc-maçons la cause de tous les maux, qui s'appuie sur des auteurs classiques de l'extrême-droite française (Drumont récemment)? qui dégueule sur le mouvement ouvrier actuel (enfin, ce qu'il en reste), qui joue les dandys machistes, etc., et bien un type comme cela, si les mots en encore un sens, c'est bel et bien un fasciste.

Courant Anarcho-Droitier a dit…

"Bien que bon nombre de choses soient à jeter dans les interventions de Soral, n'y a-t-il pas certaines réflexions intéressantes dans le paquet?!"

Non. Aucune.

Anonyme a dit…

La noyade à la piscine est un moyen comme un autre de remédier à la migraine causée par la Star'Ac.
(Très mauvaises)Blagues à part, j'adore vos affiches, celle de tonton Vladimir avec sa grosse bite me fait toujours bien marrer rien qu'en y pensant. J'aime beaucoup le parti pris de l'humour comme moyen de garder les pieds sur terre et perso, je pense que ça m'empêche de tourner curée rouge. Quand je vois les commentaires de certains zozos sans aucun recul sur eux, moi, je vous dis merci de m'aider à garder de l'hulmanité (erreur de frappe qui lie bien humanité et humilité).
Après,sur les déssacords, il faut argumenter et tout le reste... Je passe pas mal de temps à le faire comme boulot, alors bon.
Mais quand j'aurais le courage, je vous écrirai un petit : "le fantasme de la non-violence" et aussi un"Et les lettres de l'alphabet, ce sont pas des symboles, peut-être !? Bande de rigolos" Enfin, pour la seconde partie de ce titre, je suis pas trop sûr, je me demande si c'est pas trop violent.

Scott Macbitch, presque (plus) militant au NPA mais pas pour cause de désaccord politique mais pour des raisons persos. Enfin, je fais ce que je veux, j'ai pas besoin de me justifier, d'abord. Et puis, j'ai "les anges de la téléréalité" demain soir alors je peux pas venir coller.

Anonyme a dit…

J'me suis cru au départ aristo de gauche, mais j'ai vu par la suite que j'étais un bâtard. Ouf, quel soulagement !