mercredi 30 janvier 2013

Vive la police !


On commençait à faiblir au Fight Club. Nous ne tapions plus qu'avec mollesse dans les sacs de sable du folklore militant gauchiste. Une image détournée par-ci, un kamoulox par-là, c'est drôle et fin évidement, mais ça manquait de violence.

Espérons que le sujet suivant va réveiller le public vicieux installé dans le parking souterrain du Fight Club anarcho-droitier, attendant de voir du sang. Vous êtes malsain, mais nous sommes encore plus détraqués que vous.

Nous l'avons déjà dénoncé : Curé Rouge croit au paradis. ''Dans notre société communiste autogérée du futur, il n'y aura plus besoin de police et de prisons'' dit-il. Dans leur société peut-être, et elle tiendra deux semaines, dans la nôtre, il y en aura... plein.

Qui aurait l'idée de laisser en liberté dans une société communiste des gens comme Alain Soral par exemple ? Lui et ses copains, pour montrer que leur auto-critique était sincère, iront ''spontanément'' construire la Cité de l'Eco-Socialisme aux Iles Kerguelen ou quelque chose dans ce genre. Et gare à eux si le bilan carbone ne correspond pas aux objectifs du Plan Quinquennal.

'' Ouais, mais tu vois, nous on préfère privilégier la pédagogie à la répression'' nous a souvent dit Petit-anarchiste-casse-couille-pour-vieux. Nous aussi, nous privilégions cette option mais elle a ses limites. Est-ce qu'une société révolutionnaire va annihiler toutes les déviances et les conflits ? Imaginer que les hommes vont vivre dans la plus parfaite fraternité, effaçant ainsi toutes les transgressions sociales, c'est confondre une société révolutionnaire et une société utopique au vrai sens du terme. Quid des brutes, des violeurs, des mafieux, des connards bourrés sur les routes ? Et que faire en cas d'émeutes racistes ou de manifestations fascistes ? De la pédagogie ? Un militant montera sur une estrade et leur criera au mégaphone : ''prenez une feuille et un stylo et réfléchissez à vos actes, je ramasse les copies dans deux heures !'' On espère plutôt que notre police (ou quelque soit le nom qu'elle portera) leur défoncera bien la gueule.

C'est peu dire qu'il y a une certaine pudeur dans les milieux de l'extrême-gauche à évoquer la répression en se situant du côté du manche. Du coup ces questions sont esquivées et comme pour beaucoup d'autres sujet, on évite d'apporter des projets concrets. Ceci n'aide pas à crédibiliser notre camps.

Que les chevaliers pures du communisme propre s'en lavent les mains, l'extrême-gauche sale et corrompue (nous) s'en chargera (comme d'habitude). 

La suite vendredi ...

7 commentaires:

Anonyme a dit…

J'espère bien être "déviant" dans la magnifique société débarrassée du capitalisme que vous proposez, vu la tronche que vous lui donnez (et je serais pas avec Soral si vous en doutiez)

Courant Anarcho-Droitier a dit…

Pas de problème. Mais ne t'inquiète pas, en tant que lecteur du Fight Club, tu auras droit à des réductions de coups de triques. Tu pourras même nous balancer tes camarades déviants.

Anonyme a dit…

Après, sans être antiflic, faut avouer qu'il faudrait repenser tout un tas de choses, sur les prisons, sortir des logiques comptable de la police et du tout répressif. (ouais bon, je pense pas que j'étonne quelqu'un) Pis déviance ne veut pas forcément dire dangers, par exemple les gothiques sont déviants, mais ils sont pas dangereux, les vieux sont dans la norme mais si peux qu'on leur laisse le volant c'est des putains de danger publiques

(ça me rappel quand j'étais aller à la FA local prés de mon lycée quand j'étais un jeune et fougueux branleur plein de bière et d'utopie et que les mecs nous avait tenu ce genre de discours et ou un pote à moi, leur avait sorti "ouais mais sans les keufs, je me ferais encore tabasser par mon daron"...silence gêner)

  a dit…

Aaaah, en voila un sujet qui croquignolait.


Sur les prisons ou en tout cas la notion d'emprisonnement/privation de liberté/punition/peine/éducation/rééducation/protection etc il me semble que des gens pas cons ont pas mal bosser dessus, le travail est prémâché déjà donc.

Pour la sécurité, quand on arrêtera effectivement les courses au chiffre débiles destructrices... l'endoctrinement a la con etc

Ca sera déjà énorme.

Après, réformer plus en profondeur et faire un truc a tendance populaire. (service civicomilitaire nous voila)


Ma foi après on pourra peut etre avoir quelque chose qui se rapproche enfin d'un gardien de la paix, jore.




Ps: pour le reste, oui évidemment soral ira pourrir sur une île, la même d'ailleurs que celle ou on balancera tous les libéraux et autres libertariens pour ne citer qu'eux.

Après les avoir vu s'étriper a la main ou a coup de pierre et de bouts de bois au bout de deux semaines, on leur filera peut etre des cutter rouillé, pour rigoler.


Ce après quoi, on pourra éventuellement proposer a curé d'aller y faire un stage de pédagogie si il en a toujours envie.


Pan!

Anonyme a dit…

En même temps quand je vois ce que le tribun du Fight Club a dit...

"je ne peux m’engager à ne jamais utiliser d’arme nucléaire contre
quelque peuple que ce soit, cet engagement serait de mon point de vue contre-productif pour
la cause de la paix que je défends."

Sur la tôle j'ai entendu ça de pas mal récemment : http://anarsonore.free.fr/spip.php?article550

Anonyme a dit…

Hun hun.

François a dit…

La lecture de "Flic : Chroniques de la police ordinaire" de Bénédicte Desforges permet de bien apprendre ce qu'est le quotidien des flics. A lire au moins une fois pour se faire une idée. Bien écrit et sans aucune difficultés de lecture c'est du témoignage à chaud et ça fait froid ds le dos bien souvent.